Montessori – le pouvoir de l’observation

Montessori formation Uma Ramani

J’aimerais partager avec vous l’un des textes de réflexion que nous avons dû écrire pendant notre cours sur les Fondations de Montessori à Hyderabad, en Inde – un devoir donné par notre remarquable formatrice : Uma Ramani. Le thème était : « Le pouvoir de l’observation ». 

Être d’abord, faire ensuite

” D’abord il faut être, ensuite il faut faire ». C’est l’un des premiers mots que nous avons entendus au cours de notre formation et, à partir de ce moment, ces mots ont suivi toutes mes pensées et tous mes actes.

Maintenant, je sais que chaque fois que vous êtes sur le point de vous engager dans une action dans un environnement Montessori, vous devez y réfléchir à deux fois et analyser : est-ce dans l’intérêt de l’enfant ? Est-ce que j’aide l’enfant ou est-ce que je m’aide moi-même ?

Le pouvoir de l’observation est l’outil le plus important qu’un enseignant puisse avoir et c’est pourquoi je pense que nous devrions nous concentrer davantage sur la préparation de nos yeux à cette observation. Parce que je crois qu’il y a une énorme différence entre regarder quelque chose et voir réellement quelque chose. D’après ma propre expérience, je peux admettre qu’avant, je ne faisais que regarder les enfants et que je portais des jugements. Je regardais un enfant qui courait et je me disais : « Pourquoi ne m’écoute-t-il pas ? Pourquoi court-il alors que je lui ai dit que nous ne courons pas dans notre classe ? Mais maintenant, je sais que chaque action d’un enfant fait partie de sa propre découverte et de son développement, et sans ces actions, il ne pourrait pas atteindre son plein potentiel. 

Les critères d’une bonne observation

J’ai également découvert qu’il est très difficile d’être objectif lorsqu’on observe un enfant. Nous avons tous tendance à ajouter nos propres émotions et connaissances à cette observation. La frontière est mince entre l’hypothèse et l’observation. Nous devons réfléchir à ce que nous sommes réellement capables de voir et à la façon dont nous réagissons à cela. Nous avons le pouvoir d’influencer l’environnement et c’est une énorme responsabilité qui repose sur nos épaules. Nous devons faire preuve d’empathie, mais sans franchir de limite. Nous devrions toujours attendre quelques secondes avant d’agir, avant d’essayer de réparer tout ce que nous pensons être cassé. 

Je me souviens qu’à un moment donné, lorsque je travaillais à l’école maternelle, il y avait deux filles qui travaillaient avec une carte en forme de puzzle. J’admirais leur concentration, quand l’une d’elles a commencé à se battre avec l’autre. Ma première réaction a été d’y aller et de résoudre le problème. Et j’étais sur le point de le faire quand un autre enfant m’a demandé de l’aider à faire ses lacets. Alors, je l’ai aidé en premier et quand j’ai fini d’attacher ses deux chaussures, j’ai vu que les filles ne se battaient plus. Elles étaient à nouveau amies et se souriaient. C’est là que j’ai réalisé que peut-être, parfois, nous devrions les laisser résoudre leurs propres conflits, tant que nous observons et ne laissons rien échapper. 

Je sais maintenant que, lorsque nous observons, nous devrions prendre un certain temps pour réfléchir, examiner ce qui se passe et décider comment et à quoi nous devrions réagir. 

alexandra-cristea-blog

Alexandra Cristea

Je suis une femme passionnée qui veut voir le monde à travers les yeux innocents des enfants. Je les considère comme ceux qui détiennent la clé du changement. Du vrai et grand changement ! Ils peuvent le faire, mais notre rôle en tant qu’adultes est de leur montrer que nous croyons en leur potentiel et de les guider dans leur démarche.