Montessori : tout savoir sur l’environnement préparé

environnement-prepare-montessori

L’enfant qui se concentre est immensément heureux.

Maria Montessori

Nous savons d’ores et déjà que « l’enfant » est au cœur de la pédagogie Montessori.

Les éléments qui permettront à cet enfant de se construire, de se révéler pleinement et de s’ouvrir au monde, reposent sur les principes mêmes de l’environnement qui lui sera proposé.

Cet environnement, qu’il soit intérieur ou extérieur, sera mûrement pensé et réfléchi. C’est ce que Montessori appelle « l’environnement préparé. »

Fournir un milieu de grande liberté, un environnement adéquatement préparé, car ce dernier fait partie intégrante de la vie et que la vie ne peut exister sans environnement.

Maria Montessori, L’Enfant est l’avenir de l’homme, la formation de Londres, Desclée de Brouwer, 1946.

Les principes de l’environnement préparé selon Montessori

Une activité réalisée par les mains et guidée par l’intelligence est la seule qui puisse générer une telle force de concentration.

Maria Montessori, L’Enfant est l’avenir de l’homme, la formation de Londres, Desclée de Brouwer, 1946.

C’est par son observation et sa connaissance des plans de développement de l’enfant que l’enseignant Montessori pourra créer une ambiance, c’est à dire un environnement propice et adéquat qui réponde aux besoins de l’enfant.

Car c’est avant tout cela un environnement préparé, c’est permettre à l’enfant de travailler, de se concentrer, de se construire, etc.

Maria Montessori a toujours renvoyé au rôle très important joué par l’environnement préparé. Pour elle, l’auto construction ne fonctionne que quand l’enfant peut se concentrer et trouver de l’intérêt à ce qu’il fait.

Cette auto-construction intervient quand l’enfant travaille avec ses mains, ses sens, son esprit. Il se développe alors en effectuant des activités, il peut ainsi librement découvrir le monde.

Pour Maria Montessori, l’environnement préparé doit être comme le corps d’une mère, protecteur, pour que l’enfant puisse vivre sa propre vie. Dans un environnement préparé, les déviations disparaissent…

L’environnement préparé et les tendances humaines

Dans un environnement préparé, les tendances humaines s’expriment, elles conduisent à l’indépendance, à l’ordre, au travail seul ou en groupe, à la manipulation, à la communication, à l’exploration, etc.

Cet environnement préparé permet l’exploration de la réalité, de la vie, il permet également de dépasser le matériel présenté et de dépasser l’espace de la classe.

L’enfant doit être indépendant, il doit être libre de ses décisions, libre d’aller de manière autonome vers le matériel toujours bien rangé, nous avons déjà évoqué le fait que la liberté et la responsabilité étaient intimement liées. L’enfant doit faire ses propres découvertes, et pourra ainsi s’approprier la classe comme une salle de travail.

À la maison des enfants, le jeune enfant a plutôt tendance à travailler seul ou à coté d’un camarade, à l’école, les enfants aiment travailler en groupes.

Les enfants aiment particulièrement effectuer de longs et grands travaux, ils trouveront dans leur classe une grande place disponible à cet effet.

Par ailleurs, les enfants de l’école aiment conserver une classe en ordre, et même si à cet âge ce n’est plus un besoin comme à la maison des enfants, ils aiment que les tables soient propres, les étagères rangées, le matériel en bon état. Cet ordre doit être organisé conjointement entre les adultes et les enfants.

De même, l’ordre mental dans l’environnement est très important, pour l’enseignant, mais aussi pour les enfants, les étagères doivent être rassemblées par domaines afin qu’il y ait une unité dans la logique du rangement. Cet ordre dans la classe aidera plus tard l’enfant à trouver un ordre dans la vie.

Les enfants ont aussi besoin de manipuler, ils doivent pour cela avoir à leur disposition tous les outils nécessaires. Accès à l’eau, plaque de cuisson, graines de toutes sortes, matériel complet dans toutes les matières, endroit spécifique pour réaliser des expériences en toute sécurité. (Maria Montessori a toujours insisté pour que l’environnement préparé soit en lien avec la nature).

L’enseignant fait des petites ou grandes leçons appelées aussi « présentations ». Ces présentations sont offertes à un enfant ou à un groupe d’enfants. C’est en observant l’enfant au travers de son travail, de ses intérêts et de ses avancées dans les apprentissages, que l’enseignant adaptera ses présentations tout en respectant le rythme de chacun.

Les plantes et les animaux dans un environnement préparé

Les enfants sont sensibles à la présence de plantes et d’animaux dans leur ambiance.

Les plantes font partie de l’environnement et de l’effet visuel dans la classe.

La classe doit être belle et égayée par des plantes de toutes sortes et des fleurs coupées. Les enfants prennent soin de ces plantes, ils les arrosent, enlèvent les fleurs fanées, changent l’eau du vase, etc.

Par ailleurs, une ambiance Montessori c’est aussi la présence d’un animal ! les enfants s’organisent pour nettoyer son habitat, pour le nourrir, le soigner, pour s’en occuper durant le temps des vacances. La présence d’un animal dans la classe doit avoir du sens, comme par exemple celui de créer un lien émotionnel entre les enfants et les êtres vivants.

Les plantes et les animaux au sein d’une classe permettent aux enfants de découvrir le sens des responsabilités et de cultiver leur amour pour la nature et la vie !

Le matériel Montessori dans un environnement préparé

Chaque matériel ne doit être qu’en un seul exemplaire dans la classe. Ainsi lorsque deux enfants souhaitent réaliser la même activité, ils doivent se mettre d’accord. L’enfant, en attendant qu’une activité soit disponible, choisira en toute autonomie un autre travail, ainsi, il pourra dépasser la frustration de ne pas obtenir dans l’instant ce que l’on convoite.

Cet aspect essentiel de l’être humain fait partie d’une construction mentale et permet de grandir. Attendre, c’est aussi respecter le fait que son camarade puisse prendre le temps de terminer son travail à son rythme. Enfin, un exemplaire de chaque matériel, cela permet d’éviter les comparaisons et les compétitions entre enfants, car chacun mène son activité pour lui-même.

Ainsi, si un enfant s’affaire avec le matériel qu’un autre enfant voudrait, ce dernier doit attendre que le premier ait terminé et l’ait rangé à sa place avant de l’utiliser.

Il existe une règle selon laquelle les enfants ne s’échangent pas le matériel entre eux ; ils doivent le ranger à l’endroit approprié lorsqu’ils en ont terminé. Tous exercent ainsi leur patience et le respect des autres.

Maria Montessori, L’Enfant est l’avenir de l’homme, la formation de Londres, Desclée de Brouwer, 1946.

Chaque matériel ne doit être qu’en un seul exemplaire dans la classe. Ainsi lorsque deux enfants souhaitent réaliser la même activité, ils doivent se mettre d’accord.

L’enfant, en attendant qu’une activité soit disponible, choisira en toute autonomie un autre travail, ainsi, il pourra dépasser la frustration de ne pas obtenir dans l’instant ce que l’on convoite. Cet aspect essentiel de l’être humain fait partie d’une construction mentale et permet de grandir.

Attendre, c’est aussi respecter le fait que son camarade puisse prendre le temps de terminer son travail à son rythme. Enfin, un exemplaire de chaque matériel, cela permet d’éviter les comparaisons et les compétitions entre enfants, car chacun mène son activité pour lui-même.

Ainsi, si un enfant s’affaire avec le matériel qu’un autre enfant voudrait, ce dernier doit attendre que le premier ait terminé et l’ait rangé à sa place avant de l’utiliser.

Il existe une règle selon laquelle les enfants ne s’échangent pas le matériel entre eux ; ils doivent le ranger à l’endroit approprié lorsqu’ils en ont terminé. Tous exercent ainsi leur patience et le respect des autres.

Maria Montessori, L’Enfant est l’avenir de l’homme, la formation de Londres, Desclée de Brouwer, 1946.

De même, une classe Montessori comporte toujours une bibliothèque avec de nombreux livres en libre accès et des petits fauteuils ou tapis pour faciliter l’installation des enfants.

L’environnement préparé facilite la concentration

La concentration totale ne peut être obtenue que par les jeunes enfants, et encore, seulement lorsque leurs mains sont aussi sollicitées.

Maria Montessori, L’Enfant est l’avenir de l’homme, la formation de Londres, Desclée de Brouwer, 1946.

Au-delà du matériel, le calme, l’ordre et l’agencement favorisent largement la concentration d’un enfant. Les murs sont de couleur neutre, avec une peinture douce sans surcharge.

Les meubles doivent être clairs, agréables et fonctionnels. Le mobilier est adapté à la taille des enfants, il n’est donc pas rare de voir au moins trois tailles différentes de tables et de chaises dans une seule classe ! Les étagères supportant le matériel ne sont pas plus hautes que les enfants, et le matériel n’est pas superposé sur les rayonnages.

Le matériel doit être complet, la beauté appelle l’intérêt de l’enfant.

Enfin, la pédagogie Montessori repose sur le fait qu’un enfant ne peut être dérangé dans son travail et sa concentration, pour cela, il dispose d’une durée de travail de trois heures sans interruption le matin, il en va de même pour l’après-midi !

Pour autant, l’environnement préparé n’est pas un espace stérile ou autarcique, il est en lien avec l’extérieur. « Sortir » devient alors une composante de l’environnement préparé à l’école primaire.

Petites sorties et classes de découvertes chez Montessori

En sortant, les enfants peuvent exercer leur indépendance. Ils ont besoin de concret pour raisonner de façon plus abstraite, pour cela il faut qu’ils aient accès au monde extérieur. C’est une nécessité pour leur construction personnelle.

À la maison des enfants

Dans les classes de 3/6 ans, les sorties s’effectueront davantage sur une journée. Ces sorties seront pensées et réfléchies par les enseignants et les enfants, mais elles seront organisées et planifiées par les adultes.

En amont, ces sorties seront préparées par des activités proposées aux enfants, comme par exemple l’étude approfondie des différents animaux, leurs noms, leur habitat, leur nourriture, etc.

Et bien entendu, ce matériel mis a disposition des enfants sur des étagères. Par la suite, une sortie à la ferme sera prévue afin de permettre à chaque enfant de découvrir à l’extérieur ce qu’il aura découvert au sein de la classe.

Qu’en est-il des petites sorties ou classes de découverte chez les enfants de 6/12 ans et plus ?

On sait que depuis que l’homme existe, les enfants existent aussi ! Mais que faisaient ces enfants autrefois toute la journée ?

Ils accompagnaient les adultes à la chasse et à la cueillette, ils se déplaçaient, ils imitaient leurs parents, ils jouaient, etc.

En fait, la tendance à l’exploration s’exprimait librement dans la nature. Les enfants apprenaient à l’extérieur !

Depuis des milliers d’années les enfants sont génétiquement programmés pour apprendre ce qui se passe autour d’eux. Ce qui va changer aujourd’hui, c’est la manière d’apprendre.

Les enfants ont un besoin d’indépendance qui s’exprime, indépendance de la famille, on va voir ses amis, indépendance de pensée, on veut penser par soit même, indépendance sociale, on veut s’associer avec qui on veut, indépendance physique on va voir ce qui a derrière la colline.

Le thème de la sortie est très important pour l’enfant car c’est sa façon de s’insérer dans la société et le monde en général.

Pour répondre aux besoins de l’enfant, il faudrait qu’il y ait tout l’univers dans la classe ! Et même si Maria Montessori a réfléchi au matériel spécifique qui puisse répondre au mieux à leurs questionnements, les enfants veulent avoir accès à la réalité concrète pour comprendre.

Si la classe Montessori elle-même sert d’environnement immédiat, « sortir », cela veut dire un peu plus que cela, cela veut dire « aller au-delà ».

« Sortir », selon Maria Montessori comporte alors une signification double, il y a l’environnement de la classe qui réunit les représentations du cosmos par exemple et qui offre la compréhension du monde, et l’environnement extérieur qui va quant à lui permettre des recherches réelles initiées par l’enfant lui-même.

Un enfant peut être à l’initiative d’une petite sortie, pour observer les bourgeons par exemple, il peut y aller seul ou avec des amis si les plantes sont dans un jardin près de la classe, car encore faut-il qu’il soit possible de s’y rendre en toute sécurité !

Une sortie dans un musée peut être également à l’initiative d’un enfant, dans ce cas précis un adulte pourra l’accompagner. En revanche, si la sortie se fait sur plusieurs jours avec tout le groupe, l’adulte et les enfants pourront réfléchir et préparer ensemble ce que nous nommerons alors « classe de découverte » !

L’adulte s’intéresse et engage les enfants à réaliser ces sorties tout en veillant à leur sécurité.

Analysons de plus près le mode de fonctionnement de ces sorties !

Nous pouvons découper en trois étapes la préparation de ces petites sorties.

La première étape traite de l’habilité, il faut apprendre à sortir

Les enseignants vont aider les enfants à développer progressivement ces habilités, comme s’informer de l’horaire d’ouverture du musée par exemple, comment y aller, quel mode de transport ? Les enfants peuvent faire cela avec un camarade plus âgé.

La deuxième étape réside dans l’appel téléphonique

Comment téléphoner, à qui téléphoner ? Qu’est-ce qu’on veut savoir ? Comment se présente-t-on ? Prendre des notes sur les réponses et tirer les conclusions de ce que l’on a compris. Souvent ces deux étapes se chevauchent. Il faut donc être capable d’anticiper les étapes.

Troisième étape, la sortie en tant que telle

Lorsque la sortie se réalise, il y a le processus de la sortie, on se rend à un endroit, on rencontre quelqu’un, on échange avec la personne, on prend des notes, on revient. Enfin il y a un objectif à atteindre, celui du but de la sortie !

Les sorties plus longues sur plusieurs jours se préparent longtemps en avance. Les adultes et les enfants décident ensemble du thème de leur sortie. Ensemble ils vont chercher un lieu, effectuer une réservation, écrire, téléphoner, etc.

Enfin, lorsque le thème de la sortie est clairement défini, les enfants vont l’approfondir avec le matériel et les outils existants dans la classe pendant plusieurs semaines. Ils vont expérimenter, explorer, ils vont préparer leur « classe de découverte » avec toute l’impatience d’enfants qui se lancent dans de grandes recherches dont l’apogée sera la sortie en elle-même !

Lorsque les enfants désobéissent – non pas à leur mère, mais à la nature – lorsque, dans leur environnement, ils ne disposent pas des moyens et des occasions nécessaires au développement de leur personnalité, les failles de leur personnalité apparaitront plus tard.

Celles-ci deviendront évidentes au collège, dans leur vie de couple et dans leur vie sociale. Le phénomène de la concentration est très intéressant à observer chez l’enfant qui dispose de bonnes occasions de mise en pratique.

Les gens de l’entourage diront que l’enfant a changé, mais ce qui s’est réellement produit est que sa personnalité s’est formée. Ces enfants ont concentré toutes leurs facultés en une seule entité ; en conséquence, ils sont devenus des personnes.

Dans nos écoles, nous offrons ces occasions à l’enfant et nous savons bien que ces changements se produiront ; les enfants désordonnés, destructeurs ou rêveurs deviendront calmes et heureux.

C’est ce qui est formidable. C’est une renaissance !

Maria Montessori, L’Enfant est l’avenir de l’homme, la formation de Londres, Desclée de Brouwer, 1946.

Biographie

Maria Montessori, L’Enfant est l’avenir de l’homme, la formation de Londres, 1946, Desclée de Brouwer.
Cours magistraux, formation Montessori AMI, Baldegg, Suisse, 2011
Maria Montessori, Les étapes de l’éducation, Desclée de Brouwer.

Christine Garcin

Diplômée éducatrice Montessori 6/12 ans, j’ai occupé durant 12 ans, le poste d’enseignante dans une ambiance 6/9 ans à l’école Montessori de Lyon. J’ai eu durant 6 années l’opportunité d’approfondir ma pratique lors de ma collaboration avec le Centre de Formation Montessori Francophonie (CFMF).