Arrêtez de vous morfondre !

amis et collègues

Avez-vous déjà vu des films où des robots font la même action, en même temps, presque sans même respirer ni cligner des yeux ? C’est exactement ce à quoi mes camarades et moi ressemblions quand nous arrivions à la maison tous les jours, après les cours et les répétitions. 

Nous entrions dans notre salle commune, nous laissions tomber nos sacs par terre et nous nous asseyions là un moment, généralement avec un air épuisé. Nous n’avions pas besoin de mots, car nous nous comprenions et, à mon avis, nos pensées étaient à peu près les mêmes. Nos familles et nos amis nous manquaient tous ; nous étions tous fatigués de la chaleur et nous avions tous désespérément besoin que tout cela se termine. Je me souviens de moments où nous voulions que la période des examens arrive plus vite pour pouvoir en finir et rentrer chez nous. 

Une formation Montessori loin de nos proches

Et ce n’était pas parce que nous n’aimions pas le cours, la pratique, les choses étonnantes que nous découvrions à chaque seconde. Pas du tout ! Ne vous méprenez pas ! Nous étions toujours pleins de gratitude pour chaque nouvelle information acquise et pour chaque petit moment de pratique avec le matériel ! Je peux m’en porter garante pour mes colocataires comme je le fais pour moi-même. Mais le fait est que trois mois, c’est long en étant loin de ses proches. Et au fond de nous, quelqu’un nous manquait !

Il faut savoir dépasser ses difficultés en profitant de ses collègues

Mais le plus drôle dans tout ça, c’est la façon dont nous avons essayé de dépasser ça et de le prendre au jour le jour. À un moment donné, l’un d’entre nous en sortait en disant : « Allons nous promener » ou « Cuisinons quelque chose » ou même « Écoutons de la musique et dansons sur le canapé ». À quelques exceptions près, nous étions presque toujours d’accord pour dire qu’il était temps de laisser la tristesse dans un coin et de profiter du temps que nous avions ensemble. Après tout, nous venions tous de différentes parties du monde et nous ne pouvions jamais savoir si nous nous reverrions après la fin du cours.  

Une fois, nous sommes allés nous promener dans notre beau Summer Green Resort, assez tard dans la nuit. Tout le monde dormait et nous étions les seuls fous à vouloir faire une promenade à cette heure-là. Je me souviens d’avoir marché lentement en écoutant les grillons et, alors que je profitais des sons de la nature, j’ai soudain levé les yeux et vu le ciel nocturne éclairé par la plus grande pleine lune que j’ai jamais vue de ma vie. Nous nous sommes arrêtés, nous nous sommes regardés et avons immédiatement commencé à rire. C’était le moment idéal pour s’allonger dans l’herbe et se détendre. Et c’est exactement ce que nous avons fait ! Pendant 15 minutes, nous avons fermé les yeux et nous avons tout oublié.

Et bien sûr, d’autres fois, nous avons mis de la musique et dansé comme si personne ne regardait. Mais comme nous le disions toujours : « Ce qui se passe à Summer Green, reste à Summer Green ! »

Comme je l’ai déjà écrit dans des articles précédents, je pense qu’être à ce cours et rencontrer mes camarades de classe, c’était divin. C’était mon destin de faire partie de ce groupe et de construire ces relations étonnantes qui, j’en suis sûr, dureront toute une vie ! 

alexandra-cristea-blog

Alexandra Cristea

Je suis une femme passionnée qui veut voir le monde à travers les yeux innocents des enfants. Je les considère comme ceux qui détiennent la clé du changement. Du vrai et grand changement ! Ils peuvent le faire, mais notre rôle en tant qu’adultes est de leur montrer que nous croyons en leur potentiel et de les guider dans leur démarche.